Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Un paysage trop grand (Il n'en revint que trois)

Difficile de trouver plus isolée que cette ferme perdue dans la nature islandaise que décrit Gudbergur Bergsson dans Il n'en revint que trois. Les personnages du livre ne semblent qu'habiter les paysages, trop grands pour eux, et ils n'ont d'ailleurs pas droit à une autre identité que "le gamin", "le fils", etc. La vie est morne avec quelques rares visiteurs pour égayer le quotidien en attendant la deuxième guerre mondiale et l'occupation britannique puis américaine et l'ouverture forcée de l'Islande au monde. Une histoire que connaissent bien les lecteurs des derniers livres d'Indridason autrement plus vivants que celui de Bergsson. Il n'en revint que trois pâtit d'un style monotone et d'un manque d'empathie de l'auteur pour ses personnages sans véritable épaisseur psychologique. Le ton glacé du roman laisse de marbre avec des thématiques déjà lues ailleurs et des enjeux qui laissent presque indifférents. Décevant.

 

editions-metailie.com-il-nen-revient-que-trois-hd-300x460.jpg

 

L'auteur :

index.jpg

 

Gudbergur Bergsson est né le 16 octobre 1932 à Grindavik (Islande). Il est l'auteur de près de 20 romans dont L'aile du cygne et Deuil.



10/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres